Guerre en Ukraine, en direct : la France envisage de livrer de nouveaux canons Caesar à l’Ukraine

ADVERTISEMENT

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron Le président français Emmanuel Macron et le premier ministre tchèque Petr Fiala participent à une conférence de presse après une réunion de la Communauté politique européenne, à Prague, le 6 octobre 2022.

Live terminé

L’annonce a été faite par Emmanuel Macron à l’issue de la première réunion de la Communauté politique européenne à Prague. Depuis le début du conflit, Paris a notamment fourni 18 canons Caesar de 155 mm d’une portée de 40 km, montés sur camion.

Emmanuel Macron Ce qu’il faut savoir en ce 225ᵉ jour de guerre en Ukraine

  • « Les gens savent. Notre peuple n’est pas stupide. Et il voit qu’on ne veut pas lui dire ne serait-ce qu’une partie de la vérité. Cela peut entraîner une perte de crédibilité », a déclaré Andreï Kartapolov, à la tête du comité de défense de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, et ancien commandant militaire.
  • Vladimir Poutine a signé, mercredi, la loi d’annexion de quatre régions ukrainiennes et les décrets nommant formellement à leur tête les dirigeants que Moscou y avait déjà mis en place. Les textes signés par le dirigeant russe disposent que les régions de Donetsk, de Louhansk, de Kherson et de Zaporijia sont acceptées « au sein de la Fédération de Russie en conformité avec la Constitution de la Fédération de Russie ».
  • Le président russe a également signé, mercredi, un décret revendiquant l’annexion de la centrale nucléaire de Zaporijia. Moscou et Kiev s’accusent mutuellement de bombardements du site, qui ont fait resurgir le spectre d’une catastrophe nucléaire majeure similaire à celle de Tchernobyl, en 1986.
  • Les Etats membres de l’Union européenne (UE) se sont mis d’accord, mercredi, sur une nouvelle série de sanctions contre la Russie après l’annexion de quatre régions ukrainiennes, a annoncé la présidence tchèque de l’UE.
  • L’Union européenne devrait mettre en place un plafonnement temporaire des prix du gaz naturel jusqu’à ce qu’un nouvel indice des prix soit instauré, a déclaré, mercredi, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, devant le Parlement européen.
  • Serhi Haïdaï, le gouverneur ukrainien de la région de Louhansk (Est), jusqu’ici sous le contrôle quasi total de Moscou, a annoncé mercredi sur Telegram une percée.
  • Mardi, l’Ukraine avait déjà revendiqué une percée dans le nord de la région de Kherson, tandis que la quasi-totalité de la région de Kharkiv (Nord-Est) apparaît désormais sous contrôle ukrainien, ouvrant la voie vers celle de Louhansk. Un responsable des autorités d’occupation, Kirill Stremooussov, a cependant assuré que le repli russe dans le Sud était tactique et temporaire. « Le regroupement sur le front dans les conditions actuelles permet de rassembler les forces et de porter un coup » aux troupes ukrainiennes, a-t-il affirmé à l’agence de presse russe RIA Novosti.

Tout le live

Emmanuel Macron Ce live est terminé

Merci de votre fidélité.

Vous pouvez basculer sur notre nouveau direct de vendredi avec ce lien.

Emmanuel Macron Pour Biden, les menaces nucléaires de Poutine sont réelles

Le président américain Joe Biden a jugé, jeudi, que les menaces russes d’utilisation de l’arme nucléaire dans le conflit en Ukraine faisaient courir au monde un risque d’« apocalypse » pour la première fois depuis la crise des missiles de Cuba en pleine guerre froide.

« Nous n’avons pas été confrontés à la perspective d’une apocalypse depuis Kennedy et la crise des missiles cubains » en 1962, a-t-il déclaré lors d’une collecte de fonds à New York au cours de laquelle il a estimé que son homologue russe Vladimir Poutine « ne plaisantait pas » en proférant ces menaces.

Emmanuel Macron La cosmonaute russe est arrivée à bord de la Station spatiale internationale

La cosmonaute russe Anna Kikina et trois autres membres d’équipage sont arrivés, jeudi, dans la Station spatiale internationale (ISS), après avoir voyagé à bord d’un vaisseau de l’entreprise américaine SpaceX. Ce vol conjoint entre les Etats-Unis et la Russie revêtait un caractère particulièrement symbolique en pleine guerre en Ukraine.

Il s’agissait de la cinquième mission régulière de SpaceX vers l’ISS pour le compte de la NASA, mais de la première à transporter une cosmonaute russe. Outre Anna Kikina, l’équipage baptisé Crew-5 est également composé du Japonais Koichi Wakata, et des astronautes américains et Nicole Mann et Josh Cassada.

Le décollage de la fusée de SpaceX avait eu lieu mercredi depuis le centre spatial Kennedy, en Floride, propulsant la capsule Dragon dans l’espace. Les membres de Crew-5 passeront environ cinq mois dans ce laboratoire volant, à quelque 400 kilomètres d’altitude. Ils rejoignent les sept personnes déjà à bord (deux Russes, quatre Américains et une Italienne).

Il y a deux semaines, un Américain avait lui décollé pour l’ISS à bord d’une fusée russe Soyouz. Ce programme d’échange d’astronautes, prévu de longue date, a été maintenu malgré les très fortes tensions entre les Etats-Unis et la Russie depuis l’invasion de l’Ukraine par Moscou en février. Assurer le fonctionnement de l’ISS est ainsi devenu l’un des très rares sujets de coopération entre les deux pays.

Emmanuel Macron Le bilan de la frappe à Zaporijia monte à sept morts

Le gouverneur de l’oblast de Zaporijia a rapporté un nouveau bilan après la frappe de missiles russes sur la ville ce jeudi.

« La mort de sept résidents (…) a été confirmée et au moins cinq autres personnes sont considérées comme disparues », fait savoir Oleksandr Staroukh sur Telegram. « Actuellement, l’analyse des décombres se poursuit, après quoi il sera possible d’établir le nombre exact de morts et de blessés », précise-t-il dans son message.

Emmanuel Macron Des sauveteurs sur le site d’un bâtiment résidentiel fortement endommagé par un tir de missile russe, à Zaporijia, le 6 octobre 2022.

Emmanuel Macron Volodymyr Zelensky annonce plus de 500 km2 de gains territoriaux à Kherson depuis le 1er octobre

L’Ukraine poursuit sa reconquête dans le sud du pays, a confirmé jeudi soir, Volodymyr Zelensky dans sa vidéo quotidienne.

« Depuis le 1er octobre, plus d’un demi-millier de kilomètres carrés de territoire et des dizaines de colonies ont été libérés du simulacre de référendum russe et ont été stabilisés, rien que dans la région de Kherson », déclare le président ukrainien. « Il y a aussi des succès à l’Est. Un jour viendra sûrement où nous communiquerons également sur des victoires dans la région de Zaporijia », ajoute-t-il.

Selon M. Zelensky, « il y a maintenant environ cinq cents occupants [russes] sur le site » de la centrale nucléaire de Zaporjia. Moscou s’est emparé de la centrale en mars, mais a laissé l’exploitation du site à son personnel ukrainien. Le président russe, Vladimir Poutine, a ordonné mercredi par décret de transférer le contrôle de la centrale aux autorités russes et d’en faire une « propriété fédérale », ce que le président ukrainien qualifie d’« inutile » et de « stupide ».

« Seuls les spécialistes ukrainiens peuvent garantir qu’il n’y aura pas d’incidents radiologiques à la station de Zaporijia », précise Volodymyr Zelensky qui a reçu, dans la journée, le soutien de Rafael Grossi, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Le chef d’Etat ukrainien alerte également sur les conséquences de l’occupation de la centrale nucléaire. « Nous arrivons à une situation où nous n’avons pas de surplus d’électricité, et où nous ne pouvons notamment pas exporter vers les pays de l’Union européenne. C’est un désavantage pour les citoyens de l’UE, qui perdent une source fiable d’approvisionnement en énergie. C’est un désavantage pour nous, Ukrainiens », déclare-t-il.

« Nous sommes honnêtes à ce sujet. Nous disons honnêtement que nous tous en Europe devons lutter ensemble pour nos intérêts, en parfaite unité », ajoute-t-il.

Emmanuel Macron Paris confirme envisager la livraison de nouveaux canons Caesar à l’Ukraine

La France confirme envisager l’envoi de nouveaux canons Caesar, pièce maîtresse de l’artillerie française, à l’Ukraine qui tente depuis plus de sept mois de repousser l’armée russe hors de son territoire, a déclaré jeudi le président Emmanuel Macron. « Nous travaillons sur plusieurs demandes, avec plusieurs Etats membres de l’Union européenne, en particulier sur de nouveaux Caesar », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à l’issue de la première réunion de la Communauté politique européenne à Prague.

Depuis le début du conflit, la France a fourni 18 canons Caesar de 155 mm d’une portée de 40 km, montés sur camion, des missiles antichar et anti-aérien, des véhicules de l’avant-blindé (VAB), du carburant, des équipements individuels et une quinzaine de canons tractés TRF1 de 155 mm à l’Ukraine. Paris envisage désormais de fournir à Kiev six à douze canons Caesar supplémentaires, prélevés sur une commande destinée au Danemark, a confié à l’Agence France-Presse une source proche du dossier. La France étudie également la possibilité de livrer à Kiev 20 véhicules blindés Bastion.

Emmanuel Macron Volodymyr Zelensky évoque des « frappes préventives » de l’OTAN contre la Russie, provoquant la colère de Moscou

S’exprimant jeudi lors d’une visioconférence avec le centre de réflexion australien Lowy Institute, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a évoqué des « frappes préventives » de l’OTAN contre la Russie, ce que Moscou a condamné. Kiev a ensuite précisé que M. Zelensky parlait de sanctions préventives et non de frappes nucléaires. « Que doit faire l’OTAN ? Eliminer la possibilité que la Russie utilise des armes nucléaires. Cela étant, et avant tout, je lance à nouveau un appel à la communauté internationale, comme avant le 24 février : des frappes préventives, pour qu’ils sachent ce qui leur arrivera s’ils les utilisent », a déclaré le dirigeant ukrainien. « Et non l’inverse, attendre des frappes nucléaires de la Russie pour pouvoir dire : “Oh, eh bien, tu fais ça, alors maintenant prends ça de notre part !” Revoir sa façon de faire pression, voilà ce que doit faire l’OTAN, revoir sa façon de l’utiliser », a poursuivi M. Zelensky.

Après ces déclarations, le porte-parole de M. Zelensky, Sergii Nykyforov, a expliqué que ces propos avaient trait à des sanctions préventives qui auraient pu être prises à l’encontre de Moscou avant l’offensive du 24 février, et non à des frappes militaires préventives. « Le président a parlé de la période d’avant le 24 février. Il aurait fallu alors prendre des mesures préventives pour ne pas permettre à la Russie de déclencher la guerre. Je rappelle que les seules mesures dont il était alors question, c’étaient les sanctions », a-t-il déclaré sur Facebook, disant que Kiev n’appellerait « jamais » à l’emploi d’armes nucléaires.

Plusieurs hauts responsables russes ont vivement critiqué jeudi soir ces propos de M. Zelensky. « De telles déclarations ne sont rien d’autre qu’un appel à commencer une nouvelle guerre mondiale avec des conséquences monstrueuses et imprévisibles », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence RIA Novosti. Il a appelé les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne à réagir à ces propos, jugeant que ces pays dirigeaient « de facto » les actions de Kiev. Pour sa part, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a accusé l’Occident « d’attiser une guerre nucléaire ». « Chaque personne sur Terre doit comprendre que ce personnage déséquilibré et bourré d’armes, Zelensky, cette marionnette, s’est transformé en monstre qui peut détruire la planète », a-t-elle écrit sur Telegram.

Emmanuel Macron La centrale de Zaporijia est « évidemment » ukrainienne, affirme le directeur général de l’AIEA

L’Agence internationale de l’énergie atomique considère la centrale nucléaire de Zaporijia comme une installation ukrainienne. « Pour nous, il est évident qu’elle appartient à [l’opérateur ukrainien] Energoatom puisque c’est une installation ukrainienne », a déclaré M. Grossi lors d’une conférence de presse à Kiev, après avoir été reçu par le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et avant de se rendre à Moscou.

La Russie s’est emparée de la centrale en mars, peu après le début de son invasion de l’Ukraine, tout en laissant l’exploitation du site à son personnel ukrainien. Le président russe, Vladimir Poutine, a ordonné mercredi par décret de transférer le contrôle de la centrale aux autorités russes et d’en faire une « propriété fédérale ».

Rafael Mariano Grossi a réaffirmé la possibilité « très claire » d’un accident nucléaire. « Nous continuons à dire ce qu’il faut faire, c’est-à-dire essentiellement éviter un accident nucléaire à la centrale, ce qui reste une possibilité très, très claire », a-t-il fait valoir, dénonçant aussi « les conditions presque insupportables » dans lesquelles travaille le personnel ukrainien de la centrale.

M. Zelensky a de son côté pressé l’AIEA pour qu’elle condamne l’appropriation de la centrale par Moscou, en la qualifiant de « raid ». « Nous avons attendu une déclaration forte de l’AIEA à ce sujet. La société attend vraiment cette condamnation. Moi, personnellement, je considère ça comme un raid », a-t-il déclaré à M. Grossi, cité dans un communiqué de la présidence. « Nous sommes une organisation internationale guidée par le droit international et, comme vous le savez, les annexions ne sont pas acceptées en vertu du droit international », a encore dit M. Grossi tout en ajoutant s’occuper « des conséquences pratiques » de l’annexion.

Emmanuel Macron Deux Russes fuient la mobilisation en gagnant l’Alaska en bateau

Les autorités du village de l’île Saint-Laurent, territoire américain situé dans la mer de Béring entre l’Alaska et la Russie, ont informé les gardes-côtes que deux étrangers avaient accosté près de Gambell, sur le côté ouest à environ 65 kilomètres des côtes russes, à bord d’une petite embarcation. Les deux hommes ont dit aux villageois qu’ils avaient navigué sur leur bateau depuis la ville d’Egvekinot, région autonome de Tchoukotka, dans le nord-est de la Russie, et qu’ils fuyaient la mobilisation dans l’armée russe. Ils ont été amenés à Anchorage par les autorités fédérales. Ces deux personnes « ont demandé l’asile aux Etats-Unis », ont annoncé les sénateurs de l’Alaska Lisa Murkowski et Dan Sullivan dans un communiqué commun.

Cet incident montre que « le peuple russe ne veut pas combattre la guerre d’agression de Poutine contre l’Ukraine », a estimé le sénateur Dan Sullivan, cité dans le communiqué. L’élu républicain a encouragé les autorités fédérales « à avoir un plan prêt avec les garde-côtes, au cas où davantage de Russes fuiraient vers les communautés du détroit de Bering en Alaska ».

Bonjour Timothée,

L’armée russe a perdu un nombre important de chars en Ukraine et l’Ukraine en réclame, afin de poursuivre sa contre-offensive. Il semble que le char d’assaut soit encore d’actualité, si l’on en croit ces différents articles et vidéos explicatives. Les combats de 2022 démontrent qu’ils doivent être accompagnés par de l’infanterie, bénéficier d’un soutien aérien et antiaérien.

Emmanuel Macron La Norvège limite l’accès des bateaux de pêche russes à ses ports

Après le sabotage des gazoducs Nord Stream en mer Baltique, la Norvège annonce qu’elle va limiter l’accès des bateaux de pêche russes à ses ports, durcissant ainsi ses mesures de sécurité. Les chalutiers russes ne pourront plus accoster que dans trois ports norvégiens et devront pour cela se soumettre à des contrôles de sécurité, a déclaré Anniken Huitfeldt, la ministre des affaires étrangères, pendant une conférence de presse.

Elle n’a pas voulu prononcer la fermeture totale des ports norvégiens aux bateaux russes, réclamée par certains opposants, faisant valoir que la gestion partagée des ressources halieutiques impose de maintenir le contact avec Moscou. Les chalutiers russes débarquent souvent leurs prises dans les ports norvégiens, ce qui bénéficie aussi à l’économie locale. Oslo les a exemptés des sanctions imposées à la marine commerciale russe à la suite de l’invasion de l’Ukraine.

Bonjour Batman,

Elle est désormais hebdomadaire et se trouve toujours dans la colonne de droite de notre direct, mais la revoici néanmoins.

Emmanuel Macron Accusée de génocide, la Russie fait parvenir ses observations à la Cour internationale de justice

La Cour internationale de justice (CIJ) – qui est la plus haute juridiction de l’ONU pour les différends entre Etats –, a reçu des objections préliminaires de Moscou dans l’affaire de génocide intentée par l’Ukraine contre la Russie. Après le début de l’invasion, l’Ukraine avait déposé une plainte auprès de la CIJ pour affirmer que la justification de Moscou – pour empêcher un génocide dans l’est de l’Ukraine – n’était pas fondée. La Russie a fait valoir que la CIJ n’était pas compétente parce que la convention sur le génocide ne réglemente pas l’usage de la force entre Etats.

Emmanuel Macron Entrée en vigueur de nouvelles sanctions de l’UE contre la Russie après les annexions

Les sanctions que l’Union européenne a approuvées mercredi sont entrées en vigueur jeudi. Les Etats membres discutaient, depuis la semaine dernière, de ce huitième paquet de sanctions imposé à la Russie depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, le 24 février.

Ces nouvelles mesures, publiées au Journal officiel de l’UE, sont une « riposte à l’escalade de la Russie dans la guerre illégale qu’elle continue de livrer à l’Ukraine, qu’illustrent notamment l’annexion de territoires ukrainiens à l’issue de simulacres de “référendums”, la mobilisation de troupes supplémentaires et la menace de l’arme nucléaire ouvertement brandie », précise la Commission européenne.

Ce train de sanctions de l’UE instaure pour 7 milliards d’euros de nouvelles interdictions d’importation, afin de réduire les revenus de la Russie. Elles comprennent notamment un embargo sur les importations de produits sidérurgiques, de machines et d’appareils, de matières plastiques, de véhicules, de textiles, de chaussures, de cuir, de céramique, de certains produits chimiques et de bijoux autres qu’en or.

Les nouvelles restrictions à l’exportation visent à réduire la capacité de la Russie à développer son secteur de la défense et de la sécurité. Elles concernent notamment « l’interdiction d’exporter du charbon, y compris du charbon à coke (utilisé dans les sites industriels russes), certains composants électroniques spécifiques (présents dans les armes russes), des articles techniques utilisés dans le secteur de l’aviation, ainsi que certains produits chimiques », fait encore savoir l’exécutif européen. Une interdiction d’exporter des armes de petit calibre est également prévue.

En outre, trente personnes et sept entités ont été ajoutées à une liste noire qui comprend, au total, plus de 1 300 noms, frappés de gels d’avoirs et d’interdiction de séjour dans l’UE. Les personnes et entités ajoutées sont « impliquées dans l’occupation russe, l’annexion illégale et les simulacres de “référendums” dans les territoires occupés des oblasts de Donetsk, de Louhansk, de Kherson et de Zaporijia ». Parmi elles figurent des hauts fonctionnaires et des militaires ainsi que des entreprises soutenant les forces armées russes.

Les interdictions dans le domaine des cryptoactifs ont été durcies, et la gamme des services qui ne peuvent plus être fournis au gouvernement russe, élargie.

L’embargo de l’UE sur les importations de pétrole brut russe par voie maritime est pleinement maintenu, est-il précisé. « Le plafonnement des prix, une fois mis en œuvre, permettra aux opérateurs européens d’assurer le transport de pétrole russe vers des pays tiers, à condition que le prix de ce dernier reste sous un plafond préétabli », indique la Commission, précisant que la mesure, en coordination avec les partenaires du G7, « prendrait effet après le 5 décembre 2022 pour le brut et le 5 février 2023 pour les produits pétroliers raffinés, après une nouvelle décision du Conseil » (Etats membres).

Emmanuel Macron Des résidents se mettent à l’abri pendant une alerte aérienne, à Zaporijia, le 6 octobre 2022.
Emmanuel Macron Un quartier résidentiel de Zaporijia, le 6 octobre 2022.
Emmanuel Macron Une cuve de stockage détruite dans un dépôt de pétrole par une frappe russe, dans le sud de Kharkiv, le 6 octobre 2022.

Bonjour Sanke,

La Pologne et la République tchèque ont fourni à Kiev des tanks hérités de l’ex-Union soviétique et conservés dans leurs arsenaux (essentiellement des T-72). Plusieurs pays comme l’Allemagne ou la France s’interrogent sur l’opportunité de fournir des blindés modernes à l’Ukraine.

En attentant, il semble que ce soit la Russie qui soit devenue, involontairement, le plus gros pourvoyeur de chars à l’Ukraine, comme l’explique Yaroslav Trofimov du Wall Street Journal.

Bonjour Cabanet,

Certains titres de la presse britannique comme le Times ou The Independent ont repris les affirmations du ministère de la défense ukrainien et joué la carte du sensationnalisme. Et, comme vous le signalez justement, Paul Ronzheimer, du quotidien allemand Bild, s’est rendu dans le village où cette caisse a été découverte et s’est entretenu avec un dentiste qui affirme qu’il s’agit des dents qu’il a arrachées à des patients, au cours de sa carrière, et qu’elles lui ont été volées par l’armée russe.

Bonjour William,

Il s’agit de la  Communauté politique européenne (CPE), soit les vingt-sept Etats membres de l’Union européenne, auquels s’ajoutent l’Albanie, l’Azerbaïdjan, la Bosnie-Herzégovine, la Géorgie, l’Islande, le Kosovo, le Liechtenstein, la Moldavie, le Monténégro, la Macédoine du Nord, la Norvège, la Serbie, la Suisse, la Turquie, l’Ukraine, le Royaume-Uni, la présidente de la Commission européenne, le président du Conseil européen.

La CPE vise à « favoriser le dialogue politique et la coopération afin de répondre aux questions d’intérêt commun, à renforcer la sécurité, la stabilité et la prospérité du continent européen. Cette plate-forme de coordination politique ne remplace aucune organisation, aucune structure ou aucun processus existant et ne vise pas à en créer de nouveaux à ce stade. »

Bonjour aretsac,

L’Espagne et le Portugal ont obtenu de Bruxelles en mai la reconnaissance d’une « exception ibérique », au motif que ses interconnexions avec le reste de l’Europe, par l’intermédiaire de la France – 2,8 % de sa capacité énergétique –, sont très loin des 10 % prévus pour 2020 et des 15 % recommandés par Bruxelles pour 2030, et que le poids des énergies renouvelables y est particulièrement notable. Les deux pays ont ainsi pu approuver le mécanisme légal complexe qui leur permet de limiter à 40 euros en moyenne pendant douze mois le tarif du kilowattheure (kWh).

Le mécanisme consiste à dédommager les compagnies gazières, en leur payant la différence entre le coût du gaz sur le marché et le plafond fixé pour le mix énergétique. Un montant qui est assumé à la fois par les autres compagnies d’électricité, qui ont obtenu ces derniers mois des bénéfices inattendus grâce au prix record du gaz, et par les consommateurs.

Aujourd’hui, le mécanisme européen ajuste le prix de vente sur celui de la dernière unité de production mise en route, la plus chère, généralement des centrales au gaz, afin de permettre leur amortissement.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article :

Emmanuel Macron Les ventes de voitures continuent de chuter en septembre en Russie

Les ventes de voitures neuves en Russie ont poursuivi leur chute en septembre, en baissant de 59,6 % par rapport à la même période l’année dernière, le pays faisant face à une inflation toujours forte et à une pluie de sanctions. Au mois de septembre, 46 698 véhicules légers neufs ont été vendus, selon les chiffres publiés mardi par l’Association of European Businesses (AEB), qui regroupe les industriels du secteur.


Kiev Kiev

Kharkiv Kharkiv

Lviv Lviv

Sébastopol Sébastopol

Odessa Odessa

Dnipro Dnipro

Tchernihiv Tchernihiv

Marioupol Marioupol

Donetsk Donetsk

Louhansk Louhansk

Brest Brest

Kherson Kherson

Vinnytsia Vinnytsia

Tcherkassy Tcherkassy

Soumy Soumy

Zaporijia Zaporijia

Mykolaïv Mykolaïv

Kryvy Rih Kryvy Rih

Izioum Izioum

Sievierodonetsk Sievierodonetsk Mer Noire Biélorussie Russie Roumanie Moldavie Ukraine 100 km

Russie et alliés

Crimée, annexée depuis 2014

Territoire où se trouve l’armée russe

Où l’armée russe mène des opérations

Mouvements russes

Contre-attaque ukrainienne

Ville tenue par les Ukrainiens

Ville conquise par les Russes

Ville au statut disputé

Centrales nucléaires en service

  • Ce qu’il faut savoir en ce 225ᵉ jour de guerre en Ukraine

Emmanuel Macron Le contexte

Image de couverture : Le président français Emmanuel Macron et le premier ministre tchèque Petr Fiala participent à une conférence de presse après une réunion de la Communauté politique européenne, à Prague, le 6 octobre 2022. Darko Bandic / AP

  • Réunis à Prague jeudi, où Moscou avait envoyé des chars en 1968, quarante-quatre dirigeants du continent vont tenter de donner corps à la « Communauté politique européenne », dont ce sera la première réunion et qui n’aurait jamais vu le jour si la Russie n’avait pas envahi l’Ukraine, le 24 février.
  • « Les gens savent. Notre peuple n’est pas stupide. Et il voit qu’on ne veut pas lui dire ne serait-ce qu’une partie de la vérité. Cela peut entraîner une perte de crédibilité », a déclaré Andreï Kartapolov, à la tête du comité de défense de la Douma, la Chambre basse du Parlement russe, et ancien commandant militaire.
  • Vladimir Poutine a signé, mercredi, la loi d’annexion de quatre régions ukrainiennes et les décrets nommant formellement à leur tête les dirigeants que Moscou y avait déjà mis en place. Les textes signés par le dirigeant russe disposent que les régions de Donetsk, de Louhansk, de Kherson et de Zaporijia sont acceptées « au sein de la Fédération de Russie en conformité avec la Constitution de la Fédération de Russie ».
  • Le président russe a également signé, mercredi, un décret revendiquant l’annexion de la centrale nucléaire de Zaporijia. Moscou et Kiev s’accusent mutuellement de bombardements sur le site, qui ont fait resurgir le spectre d’une catastrophe nucléaire majeure similaire à celle de Tchernobyl, en 1986.
  • Les Etats membres de l’Union européenne se sont mis d’accord, mercredi, sur une nouvelle série de sanctions contre la Russie après l’annexion de quatre régions ukrainiennes, a annoncé la présidence tchèque de l’UE.
  • L’Union européenne devrait mettre en place un plafonnement temporaire des prix du gaz naturel jusqu’à ce qu’un nouvel indice des prix soit instauré, a déclaré, mercredi, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, devant le Parlement européen.
  • Serhi Haïdaï, le gouverneur ukrainien de la région de Louhansk (Est), jusqu’ici sous le contrôle quasi total de Moscou, a revendiqué, mercredi sur Telegram, une percée.
  • Mardi, l’Ukraine avait déjà revendiqué une percée dans le nord de la région de Kherson, tandis que la quasi-totalité de la région de Kharkiv (Nord-Est) apparaît désormais sous contrôle ukrainien, ouvrant la voie vers celle de Louhansk. Un responsable des autorités d’occupation, Kirill Stremooussov, a cependant assuré que le repli russe dans le Sud était tactique et temporaire. « Le regroupement sur le front dans les conditions actuelles permet de rassembler les forces et de porter un coup » aux troupes ukrainiennes, a-t-il affirmé à l’agence russe RIA Novosti.

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Factuel. Une cosmonaute russe s’envole à bord d’une fusée américaine, en pleine guerre en Ukraine

Décryptages. Pourquoi est-il si difficile de jauger l’effet des sanctions contre la Russie ?

Analyse. Sur la guerre en Ukraine, le RN critique toujours l’Europe

Reportage. A Zaporijia, une maternité face au front

Enquête. La France prépare la livraison de nouveaux canons Caesar à l’Ukraine

Récit. Pour célébrer l’annexion de nouvelles régions ukrainiennes, Vladimir Poutine offre un discours messianique et violemment antioccidental

Factuel. La guerre en Ukraine laissera de profondes cicatrices sur son économie

  • Ce qu’il faut savoir en ce 225ᵉ jour de guerre en Ukraine

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

…. à suivre
>>> Lire la suite de l’article>>>
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source : Le Monde – https://www.lemonde.fr/international/live/2022/10/07/guerre-en-ukraine-en-direct-la-france-envisage-de-livrer-de-nouveaux-canons-caesar-a-l-ukraine_6144624_3210.html

ADVERTISEMENT